La soupe aux choux doit être l’hymne de l’Amérique : preuve par la musicologie

Livraison bakchich prodigieux pour régime de l’Amérique 5/8

Un petit mot d’excuse à mes abonnés par email pour un billet envoyé par erreur hier. Il est prévu pour les vacances de Noël, je l’ai effacé et je ressors à la date prévue.

Ah, le solfège, le sujet qui plus encore que les bugs de la programmation me fait perdre tous mes lecteurs, j’adore. Alors voilà, la mélodie de The star-spangled banner commence de manière assez originale : en descendant un arpège majeur : sol – mi – do (je transpose en do par commodité). C’est assez curieux et pas si commun. L’intervalle de quinte (do – sol donc) est plutôt banal, abrupt et grandiloquent si on le laisse dans sa nudité. Il ouvre le générique de Star Wars ou du feuilleton Dallas (le fameux « Dââââ…Lâââs ») par exemple. Le sol, 5e degré de la gamme, est plutôt instable et appelle une résolution sur le do, premier degré de la gamme. S’attarder sur un sol crée donc une tension dramatique ce qui convient à un générique. Mais un hymne, même américain, n’est pas le générique d’un feuilleton ou d’une saga. La tension créée par le sol se doit d’être résolue tout de suite pour produire un effet plébiscitaire de solennité et de confiance dans la mère patrie. Descendre l’arpège est donc assez malin pour un hymne, on termine naturellement et vite sur le premier degré de la gamme, les tensions se résolvent d’elles-même, un joli packaging, on n’en attendait pas moins des Américains. L’arpège est remonté juste après, mais le sol auquel il parvient est résolu immédiatement une octave plus haut par un do aigu (et oui, la mélodie commence par sol – mi – do – mi – sol – do). Bravo, en six notes on a tout : la tension, accentuée par le premier mi placé en syncope, et deux fois sa résolution. Je trouve ça mieux fait que La Marseillaise, qui elle aussi résout dès le départ, mais de manière plus banale (cinquième degré répété en anacrouse sur « A-llons-z’en », résolu sur le premier degré « fants »), et qui recoure aussi à l’arpège descendu, mais un peu plus loin (sur le « i-i-e » de « la patri-i-e »).

Je connais assez peu de chansons françaises qui commencent par un arpège descendu… J’ai remarqué que c’était le cas d’Embrasse-les tous de Georges Brassens. Je ne trouve pas cette chanson très convenable pour un hymne, mais je vous la passe quand même et vous laisse à vos réflexions sur l’habilité prodigieuse des mélodies du bon Georges (Brassens, pas Bush évidemment). Notez qu’ici, l’arpège est mineur (sol – mi bémol – do).

Retournons à notre solfège. On peut se demander pourquoi le mode majeur. Il est plus lumineux que le mode mineur, ce qui convient évidement à un hymne. D’ailleurs, d’après la page Wikipedia Hymne national, presque tous les pays du monde ont leur hymne national en mode majeur. Il n’y a que treize exceptions : Azerbaïdjan, Bulgarie, Cambodge, Irak, Israël, Japon, Kazakhstan, Kenya, Népal, Slovaquie, Roumanie, Tadjikistan et Turquie. Vous noterez que plus de la moitié de ces pays ont subi d’une manière ou d’une autre l’influence ottomane, et donc celle de la musique turque et de son riche système modal. Mais j’en viens à une subtilité de l’hymne américain. L’arpège majeur (do – mi – sol) enchaine une tierce majeure et un tierce mineure. L’arpège mineur (do – mi bémol – sol) enchaîne une tierce mineure et une tierce majeure. Mais si on les joue à l’envers, évidemment, l’ordre des tierces s’inverse. On se retrouve en majeur avec le petit intervalle d’abord (sol – mi). J’ai remarqué qu’on avait du coup une sensation subliminale diminution, et donc de mode mineur. Ce qui fait qu’à mon avis, The star-spangled banner, bien qu’en mode majeur, produit au début (inconsciemment bien sûr) une impression de mode mineur puisque l’arpège est joué à l’envers. Ceci jette comme un voile fugace d’obscurité au début, tout à fait bienvenu lorsque que, l’œil rivé sur le drapeau, on montre son gros menton en pensant aux morts au combat et à tous ces trucs patriotiques. Avant de se ressaisir et de reprendre son flingue, américain évidemment. Vraiment bien conçu cet hymne.

J’en viens donc au point crucial de ma démonstration. Il faut aux Américains un hymne qui joue les gammes à l’envers, seul moyen efficace (et donc américain), d’obtenir sans modulation les avantages des modes majeur et mineur. Je propose donc une mélodie écrite en mode mineure, mais qui, du fait qu’elle descend les cinq premiers degrés de la gamme (sol – fa – mi bémol – ré – do) au lieu de le remonter, produit un effet tout à fait guilleret et lumineux de gamme majeure. Une seule possibilité donc : comme nouvel hymne national pour l’Amérique, il faut le générique de La soupe aux choux. C’est irréfutable, c’est prouvé par la musicologie (et la diététique, mais c’est un autre sujet). Une composition de Raymond Lefebvre.

Je propose une nouvelle définition de la musicologie : science qui permet de parler de René Fallet et Georges Brassens alors que le sujet est l’hymne national américain.

1 – Les chœurs de l’armée rouge en hommage à l’Amérique
2 – Un hymne de Michael Jackson
2bis – Propositions
3 – Chanteuses américaines
4 – Igor Stravinsky et Serguei Rachmaninov
5 – La soupe aux choux doit être l’hymne de l’Amérique : preuve par la musicologie
5bis – Jean Ferrat américain
6 – Jimi Hendrix
7 – Borat et Jim Carrey
8 – Les Simpsons

Tous les thèmes

9 commentaires sur “La soupe aux choux doit être l’hymne de l’Amérique : preuve par la musicologie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s