Homosexualité

La chanson sexuellement explicite 10

Je profite de cette série pour corriger une erreur. Dans la série sur l’homosexualité (ici), j’ai dit que Trenet ne faisait pas allusion à son homosexualité dans ses chansons. Dans La folle complainte, passée dans le billet précédent, il y a tout de même ce couplet un peu équivoque :

La revanche des orages
A fait de la maison
Un tendre paysage
Pour les petits garçons
Qui brûlent d’impatience
Deux jours avant Noël
Et, sans aucune méfiance,
Acceptent tout, pêle-mêle :
La vie, la mort, les squares
Et les trains électriques,
Les larmes dans les gares,
Guignol et les coups de triques,
Les becs d’acétylène
Aux enfants assistés
Et le sourire d’Hélène
Par un beau soir d’été.

Mon lecteur et ami Luc Rosenzweig, décédé l’été dernier, m’a indiqué que Le jardin extraordinaire est en fait truffé d’allusions à des séances de dragues clandestines au jardin des Tuileries. J’ai réécouté, effectivement, vu comme ça, tout s’explique : « Il se passe de tout là-dedans ». Cher Charles, finalement, nous cultivons chacun notre jardin. Même s’ils ne ressemblent pas, ça nous fait un point commun.

Je n’avais pas prévu au départ de parler d’homosexualité dans cette série. Il y a déjà eu une série sur le sujet, et en fait, beaucoup de chansons de la présente série ne sont pas explicitement hétérosexuelles il me semble… Mais puisque j’y suis, je vous passe Georges de Thomas Fersen, proposé par Pierre A. de Paris.

Tous les thèmes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s