La vraie chanson d’Ubu

Paralipomènes 41/67
(la série qui revient en 68 billets sur les 44 premiers thèmes du blog)
123456789
101112131415161717bis1819
20212223242526272829
30313233343536373839
40414243444546474849
50515253545556575859
6061626364656667

Pour l’élection du président américain, j’ai passé un billet spécial, avec Ubu, chanson inspirée à Dick Annegarn par la pièce de théâtre Ubu roi d’Alfred Jarry. Mais en fait, la pièce de théâtre elle-même comporte une chanson de circonstance, La chanson du décervelage. Ici chantée par une troupe de théâtre inconnue. Extrait :

Quand le dimanche s’annonçait sans nuage,
Nous exhibions nos beaux accoutrements
Et nous allions voir le décervelage
Rue d’l’Échaudé, passer un bon moment.
Voyez, voyez la machine tourner,
Voyez, voyez la cervelle sauter,
Voyez, voyez les rentiers trembler ;
Hourra, cornes-au-cul, vive le Père Ubu !

Tous les thèmes

 

2 commentaires sur “La vraie chanson d’Ubu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s