Le mariage

Les cultures soixante-huitardes 4/8
11bis2344bis5677bis8

Nombre d’institutions vénérables ou « bourgeoises » se sont trouvées sous la critique « révolutionnaire » en Mai 68, par exemple le mariage. Déjà attaqué par Georges Brassens dans La non-demande en mariage.

 

Alors Brassens était-il soixante-huitard ? On répondra à cette question urgente quand on aura fini les cinq séries sur 68 (ou même après la fin du blog…).  En attendant, je trouve l’accompagnement à la guitare de cette chanson très instructif. Brassens n’utilise pas sa « pompe » habituelle (le boom-tchak boom-tchak). Le rythme lent de la chanson, la douceur des paroles et les mouvements amples de l’archet sur la contrebasse appelleraient assez naturellement des arpèges un peu mièvres (je parie que ce serait le réflexe de la majorité des guitaristes). Mais Brassens opte pour un accompagnement que je trouve un peu brutal rythmiquement : saccadé, rudimentaire, et presque punk-rock avant l’heure si on y réfléchit. J’y vois la marque d’une chanson authentiquement révoltée…

Tous les thèmes

6 commentaires sur “Le mariage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s