Échouer avec cette dignité grammaticale, procédurière

Peut-on chanter en français – 7

On lit aujourd’hui un extrait de la Lettre de Cole Porter à Alan Broderick, du 5 novembre 1934 (j’ai trouvé ça dans Variétés : littérature et chanson, sous la direction de Stéphane Audeguy et Philippe Forest. N°601 de la NRF).

Mes amis français, ceux qui ont des lettres et un livre en librairie, envient parfois la langue anglaise, sa superbe trivialité, ses diphtongues et ses triphtongues – je les vois se pencher par dessus les originaux de William Shakespeare pour tenter d’en trouver l’équivalent français, puis échouer avec cette dignité grammaticale, procédurière, typiquement parisienne. Ce qu’ils m’envient par dessus tout, ce sont mes monosyllabes, comme s’ils étaient la formule pour séduire les jolies filles et percer les secrets du monde : quelque chose que le diable aurait cédé aux Anglais en échange de leurs chansons. S’il n’y avait pas toutes ces monosyllabes, je devrais changer de métier, devenir philosophe allemand au lieu d’être simple parolier ; eux seuls me donnent ce pouvoir nonchalant de tout dire dans des vers de six pieds ; une fois traduit en français, mon Anything Goes aurait quelque chose de proustien : le sens de l’observation et le choix des verbes exacts, mais étalé comme une promenade le long d’un fleuve, après manger — (le déjeuner lui-même est accompli grammaticalement).

Avez-vous remarqué que « Tout dir’ dans des vers de six pieds » est un magnifique octosyllabe, bien rythmé, et constitué à 100% de ces fameux monosyllabes dont nous autres Français déplorons la cession par le diable aux Anglais ? Je vous propose deux version d’une célèbre chanson de Cole Porter utilisant quelques mots de français : My heart belongs to daddy. Par des chanteurs et chanteuses bien de chez nous. D’abord le duo Beau Catcheur et sa réjouissante walking bass, pardon basse marchante.

Puis par Colette Magny.

Tous les thèmes

Un commentaire sur “Échouer avec cette dignité grammaticale, procédurière

  1. My heart belong to Cole but « tout dire dans des vers de six pieds' » reste un octosyllabe un peu bancal à cause du E muet mal placé il vaudrait mieux le mettre à la fin comme « Dans des vers de six pieds tout dire » là on a pas besoin d’éluder…Bon l’octosyllabe et l’hexasyllabe ons bercé la poésie française depuis les troubadours (d’abord en OC) et les trouvères (en OÏL)
    mais ma préférence va quand même à Rutebeuf quand il dit vers 1250

    « Que sont mes amis devenus
    Que j’avais de si près tenus
    Et tant aimés
    Ils ont été trop claisemés
    Je crois le vent les a ôtés
    N’ont pu lever
    Ce sont amis que vent emporte
    Et il ventait devant ma porte
    Les emporta… »

    Merci Léo et Nico

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s