Entre ici versus I have a dream

Peut-on chanter en français – 14

On s’écarte aujourd’hui un peu de la chanson pour aborder l’art oratoire. Et puisqu’on compare l’anglais au français, on écoute les deux discours peut-être les plus célèbres dans ces deux langues : I have a dream de Martin Luther King et Entre ici Jean Moulin d’André Malraux. Deux tubes en quelque sorte.

I have a dream.

Entre ici Jean Moulin.

Je suis frappé par le rythme de I have a dream, qui a plusieurs traits typiques des chansons. D’abord la présence de plusieurs refrains intégrés. Un refrain intégré dans une chanson, c’est un petit bout de phrase qui revient pour séparer les couplets, sans être tout à fait assez long pour constituer un refrain proprement dit, par exemple « et s’appelait les copains d’abord, les copains d’abord ». Martin Luther King utilise de ces bouts de phrase : « One hundred year ago », répété plusieurs fois au début de son discours, puis « Now is the time » au milieu, et bien sûr le célèbre « I have a dream » à la fin. Ce dernier a un placement intéressant : sur le plan sémantique, il est au début du « couplet » (« je rêve que ceci ou cela »), mais rythmiquement, il est placé à la fin, juste après les « ceci et cela » et suivi d’une pause, écoutez bien. Ça donne un effet de contre-temps, ou « en l’air » très efficace, un peu similaire à divers dispositifs rythmiques de la musique noire américaine justement.

Le discours de Malraux est bien plus français, en ce qu’il s’appuie sur le nombre de pieds des phrases, qui bien qu’irrégulier, donne beaucoup de rythme à l’ensemble. J’ai par exemple repéré plusieurs alexandrins :

Il a été le Carnot de la Résistance.

Désormais, elle va combattre en face de l’enfer.

Jean Moulin n’a nul besoin d’une gloire usurpée.

Mais je ne repère rien qui évoque le contre-temps. L’accent tonique final typique du français donne un aspect conclusif et solennel à chaque phrase. Le « entre ici Jean Moulin » de Malraux pourrait être utilisé comme un refrain intégré, mais à l’encontre de ce que je me rappelais, il n’est énoncé qu’une seule fois.

Quelques chansons quand même pour illustrer ce billet. D’abord We shall overcome, de Joan Baez, dont le titre était le slogan des luttes pour les droits civiques.

Et puis à propos de Jean Moulin, une célèbre chanson de résistance, The partisan par Leonard Cohen.

Dans le cadre de cette série, il est intéressant de rappeler que la chanson surtout connue dans sa version en anglais est en fait adaptée du français : paroles d’Emmanuel d’Astier de la Vigerie et musique et interprétation d’Anna Marly.

Tous les thèmes

2 commentaires sur “Entre ici versus I have a dream

  1. Je trouve sublime d’intelligence, de liberté et de culture ce numéro de Votre Jardin aux chansons qui bifurquent. Je vous considère, comme disait Ferré, comme un camarade vitamine. Très très sincères salutations. Alain Mohler

    >

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s