L’artillerie de marine

La chanson, art majeur ou art mineur I. L’énigme ART 5/9
1233bis455bis66bis788bis99bis

Éloignez les enfants du poste, aujourd’hui on passe une chanson paillarde. L’artillerie de marine (déjà passée dans le blog, mais on ne s’en lasse pas).

Tous les thèmes

Caka slow

La chanson, art majeur ou art mineur I. L’énigme ART 3bis/9
1233bis455bis66bis788bis99bis

Alors que mon énigme était déjà prête, j’ai découvert une chanson des Red Noise, le groupe de Patrick Vian, fils d’un certain Boris plus célèbre que lui. Ça cadre très bien dans cette énigme ! Caka slow.

J’ai trouvé ça dans l’émission Continent musique de Matthieu Conquet, et son épisode Il y a cinquante ans, la France manquait le rendez-vous du Rock, consacrée au livre La Chienlit, le rock français et mai 68 : histoire d’un rendez-vous manqué de Marc Alvarado.  Tout à fait recommandé, pour faire connaissance avec des groupes aujourd’hui oubliés. Même si à part la chanson du jour, ça n’a rien à voir avec l’énigme. En réécoute ici.

Et une dernière vidéo pour faire mieux connaissance avec Patrick Vian.

Tous les thèmes

Celina

La chanson, art majeur ou art mineur I. L’énigme ART 3/9
1233bis455bis66bis788bis99bis

Comme troisième volet de l’énigme, je vous propose un extrait de l’album de Frank Michael, Il est toujours question d’amour, 9è album le plus vendu en France en 2000. Celina.

Tous les thèmes

Quand reviendras-tu ?

La chanson, art majeur ou art mineur I. L’énigme ART 1/9
1233bis455bis66bis788bis99bis

Lorsque j’ai commencé ce blog, je me suis dit qu’il y avait une question que je n’aborderais jamais : celle de savoir si la chanson est un art majeur ou un art mineur, vieille tarte à la crème usée jusqu’à la croûte, éternel prétexte à verbiage. Mais voilà : en préparant différentes séries, j’ai réalisé que la question ne datait ni de Gainsbourg, ni de Béart, ni de la Rive Gauche, ni de Trenet, ni même de la chanson réaliste… Pas même de Béranger, ce chansonnier objet d’un véritable culte au XIXè siècle, considéré par ses contemporains comme le plus grand poète de tous les temps, et aujourd’hui à peu près oublié.

Bref, la question de savoir si la chanson est un art majeur, c’est un peu l’Affaire Grégory de l’esthétique : un procès interminable, un marronnier dont on sait dès le départ qu’on ne connaîtra jamais le fin mot. D’un certain point de vue, on pourrait définir la chanson comme l’art de poser cette question… C’est la face cachée de l’iceberg, ou disons la partie immergée de la lune. Au lieu de l’escamoter, je rejoins le chœur des radoteurs, et je fais de la vieille question le thème de toute cette année ! Je ne tiendrai qu’une promesse : tout à la fin, il n’y aura pas la réponse.

Ce sujet particulièrement indigeste sera découpé en séries courtes. Je commence par une énigme. C’est l’énigme ART, elle est très facile et j’espère qu’elle me réconciliera avec mes lecteurs excédés par l’énigme de l’été dernier !

Trouvez-moi le point commun entre les chansons suivantes, et on rediscute d’art mineur et majeur après. Comme dans plusieurs énigmes du blog, je commence par une chanson de Barbara. Dis quand reviendras-tu ?

Tous les thèmes

 

La diva

Ambitus, tessiture et notes extrêmes 11/11
11bis234567891011

Nous voilà à la fin de notre voyage au pays de l’ambitus. On a vu de l’aigu extrême, du grave extrême. Et l’idée implicite selon laquelle le meilleur chanteur serait celui ou celle qui a la plus grande étendue vocale. Qu’en serait-il de chanteurs surhumains ou extraterrestres ? Cette possibilité est explorée dans le film Le 5è élément de Luc Besson. Comme l’idée de mesurer la qualité d’une chanteuse par son ambitus n’est pas suffisamment bête pour servir le propos du film, s’y ajoute celle qu’il faut maximiser le nombre de styles musicaux abordés pendant la prestation.

Le rôle de la diva est interprété par Maïwenn, mais elle est doublée par la chanteuse Inva Mula. Le compositeur Éric Serra a volontairement écrit une partition impossible, dont il estimait qu’une chanteuse humaine ne pourrait chanter que 60%. À sa grande surprise, Inva Mula a pu en chanter 85%. Le reste est trafiqué à la console. Voir ici.

Certaines chanteuses s’essayent quand même au défi.

Tous les thèmes

 

L’aigu extrême

Ambitus, tessiture et notes extrêmes 10/11
11bis234567891011

Comme exemple d’aigu extrême, je vous propose Le matin sur la rivière par la cantatrice Ève Brenner.

Je dirais qu’Ève Brenner n’a pas recours à la voix de sifflet, mais c’est très difficile à décider d’oreille. La cantatrice la plus connue utilisant la voix de sifflet est Mado Robin.

Vous avez peut-être remarqué au long de cette série que je suis beaucoup plus précis dans mes indications de notes ou d’ambitus sur les voix d’homme que sur celles des femmes. Ne voyez là aucun sexisme. C’est juste qu’après quelques années de chorale dans le pupitre des basses, je suis bien plus exercé à lire et entendre les parties graves…

Tous les thèmes

Grave en musique classique

Ambitus, tessiture et notes extrêmes 9/11
11bis234567891011

Vous pensez peut-être qu’en chant classique, prétendument plus exigeant, on va trouver des morceaux avec encore plus d’ambitus, de graves et d’aigus ? En fait non, et pour deux raisons. En chant classique, on prête une grande attention au timbre, ce qui fait qu’on y utilise peu les notes extrêmes, jugées peu esthétiques. Ensuite, le chant classique s’est développé sans amplification, le chanteur doit se faire entendre, ce qui est très difficile dans le grave.

Je vous propose tout de même Les vêpres de Rachmaninov. Ça se termine sur un si bémol. C’est grave, mais on est presque une octave au-dessus du Rainbow of love.

Dans la Messe de Notre-Dame de Guillaume de Machaut par le collectif Grain de la voix, on entend un la (ou peut-être même la bémol) trois lignes sous la clef de fa, c’est ce que je connais de plus grave en classique, mais dites-moi… Vous pouvez entendre la note à 58:55, chantée par Jean-Christophe Brizard.

La Messe de Notre-Dame est le plus ancien chœur à quatre voix dont on ait gardé la partition. Il y a des débats sans fin pour savoir comment retrouver les sonorités d’origine, perdues à jamais. J’aime bien cette version… et sa basse incroyablement basse !

Tous les thèmes

C’est très grave

Ambitus, tessiture et notes extrêmes 8/11
11bis234567891011

Continuons notre voyage au pays des notes extrêmes. On s’intéresse à partir d’aujourd’hui aux notes les plus graves et plus aiguës émises par des chanteurs. Il est temps de faire un point sur la voix. Il n’est pas facile d’en parler, parce que c’est d’un côté l’instrument de musique le plus répandu, puisque presque tout le monde possède une voix. Mais c’est aussi le seul instrument qu’on ne voit jamais fonctionner, puisqu’il est caché dans notre corps.

La voix est produite par le larynx. Deux renflements peuvent y laisser passer l’air ou le bloquer, ce qui provoque une vibration, qui va ensuite résonner dans différentes parties de la tête. Ces renflements sont improprement appelés cordes vocales. Ils n’ont rien à voir avec des cordes, les spécialistes les appellent plutôt plis vocaux. Ils vibrent de différentes manières, selon ce que les experts appellent les quatre mécanismes laryngés : voix craquée, voix de poitrine, voix de tête et voix de sifflet. Plus de détails ici.

La voix de poitrine et la voix de tête sont les plus utilisées. Si vous essayez de chanter du grave à l’aigu, vous devez normalement sentir à un moment ce qu’on appelle le passage, une sorte de bascule, qui change le timbre et correspond physiologiquement à un mode de vibration différent des cordes vocales. C’est le passage de la voix de poitrine à la voix de tête, qu’on a déjà vu dans le yodel.

Les deux autres mécanismes sont plus anecdotiques, mais ils nous intéressent ici, parce qu’ils permettent des notes extrêmes : graves pour la voix craquée, et aiguës pour la voix de sifflet. La voix craquée fait entendre les contacts entre cordes vocales, et donne parfois l’impression de sonner comme un rôt. La voix de sifflet (qu’on a entendu chez Mariah Carey) sonne comme un sifflet justement.

On s’intéresse aujourd’hui au grave. On trouve de nombreuses vidéos sur le web de « note la plus grave jamais chantée », partez à leur recherche si ça vous chante. En ce domaine viril, pas étonnant de trouver des concours de celui qui a « la plus grosse ». Souvent les notes extrêmes sont des sortes de borborygmes, ou de degueulendo. J’ai même vu un chanteur prétendre chanter des notes tellement graves qu’une oreille humaine ne peut pas les entendre, ce qu’on appelle des infrasons, le grand n’importe quoi. Qu’il aille donner des concerts aux éléphants. Si vous ne me croyez pas, allez voir, je vous donne son nom pour faciliter vos recherches, il s’appelle Tim Storms.

À la place, je vous propose le Rainbow of love, un standard de chorales américaines. Le chanteur Ken Turner garde une certaine musicalité même dans le grave extrême qu’il chante en voix craquée. Avis aux amateurs de solfège : sa note la plus grave est un do, cinq lignes sous la clef de fa, le do-zéro en notation américaine, un truc tout à gauche du piano, c’est très exceptionnel (le fa d’Ivan Rebroff dans le billet précédent est une quarte au-dessus, mais lui reste en voix de poitrine il me semble). Rainbow of love, par les Crystal river boys, avec Ken Turner, qui touche le fond vers 4:15.

Tous les thèmes