Voulait-on que Charles et Georges chantassent ?

Imparfait du subjonctif 2/5
– 1bis – 2 – 3 – 4 – 5

L’imparfait du subjonctif, c’est beau, on l’a vu dans le dernier post. Du reste, il s’emploie entre gens bien, et son énonciation ne sert pas qu’à énoncer : elle vise à faire savoir qu’on l’énonce, en une étrange rétroaction autoperformative (si vous me suivez). Bref, on se réjouit et congratule. Je vous propose une vidéo avec Charles Trenet et Georges Brassens. Regardez bien, vers 1min46s, le regard de Brassens. Depuis le début, il est fixe et assez inexpressif. Il n’y a que l’imparfait du subjonctif qui le déride :

Par terre on avait mis de la sciure de bois,
Pour que les cracheurs crachassent comme il se doit

Tous les thèmes

5 commentaires sur “Voulait-on que Charles et Georges chantassent ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s