Paris, capitale du Brelistan

Petite géopolitique de Jacques Brel 11/13
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 – 11 – 12 –  13

La France occupe le centre du monde de Brel, et Paris le centre de la France. Paris est citée dans de nombreuses chansons : La valse à mille temps, Clara, Les cœurs tendres, Titine, Quand maman reviendra, Vesoul, Caporal Casse-Pompon, Les vieux, Les biches, Les timides, Les bigotes (via le mot « parisien »). Dans Fernand, Paris est avantageusement comparée à Berlin : « Dire qu’on traverse Paris / Et qu’on dirait Berlin ». Paris est citée avec un peu de grandiloquence dans Les prénoms de Paris :

Et deux têtes qui tournent
En regardant Versailles
Et c’est Paris la France.

Le Paris de Brel recueille Brel, le barbare-provincial du Nord, lui offre son far west à lui (la scène, la carrière de chanteur), elle est ville d’art (Sud) et d’exotisme (Est). Il y a même un aéroport (Orly) qui permet d’aller sur une île, le centre du monde quoi !  Les prénoms de Paris.

En bonus, une petite vidéo de Jacques Brel dans un bistrot de Montmartre (en présence de son pianiste Gérard Jouannest, compositeur de plusieurs de ses chansons).

Tous les thèmes

5 commentaires sur “Paris, capitale du Brelistan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s