Syllepses de sens

La chanson, art majeur ou art mineur, III. Les expressions toute faites chez Brassens 2

Le procédé le plus original de Brassens est le détournement de nombreuses expressions par le truchement de syllepses de sens. Cette figure de style consiste à utiliser simultanément un mot dans son sens propre et dans son sens figuré.

Par exemple, dans Le fossoyeur, « avoir une figure d’enterrement » s’applique à quelqu’un qui assiste vraiment à des enterrements. Dans Auprès de mon arbre, les expressions « être fait du même bois » et « vieille branche » s’appliquent à un arbre, « le nez au milieu de la figure » s’applique à un nez et à une figure, et « nom d’une pipe » s’applique à une pipe, il fallait y penser. Dans Les funérailles d’antan, l’expression « rouler à tombeau ouvert » s’applique à un corbillard. Dans Jeanne, l’expression « se ressembler comme deux gouttes d’eau » s’applique à de l’eau. Dans Je rejoindrai ma belle, l’expression « couper les ponts » fait vraiment référence à un pont qui est vraiment coupé. Dans La tondue, « les coupeurs de cheveux en quatre » coupent vraiment des cheveux (mais pas en quatre, soit).

Dans La non demande en mariage, Vénus « perd son latin », elle qui devait sans doute le parler couramment. Dans Le grand chêne, l’expression « rester de bois » s’applique à un chêne. Brassens souligne même la syllepse pour ceux qui n’auraient pas saisi : « Et bien qu’il fût de bois (les chênes c’est courant) ». Dans Venus callipyge, le proverbe « la loi est dure, mais c’est la loi » s’applique à la loi de l’apesanteur. Dans La messe au pendu, « gibier de potence » désigne vraiment un pendu. Dans Tonton Nestor, Jeannette soufflette un enfant de chœur qui « par bonheur avait une tête à claques ». La tête à claques s’en prend donc vraiment une. Tête à claques qui devient d’ailleurs « fesse à claques » dans Les quat’zarts. La syllepse poétise dans Saturne : « Le temps tue le temps comme il peut ». Dans Sauf le respect que je vous dois, elle se fait grivoise : « les poètes galants lèchent le cul d’Aphrodite ». Dans La complainte des filles de joie, l’expression « fils de pute » est implicite à la toute fin de la chanson, et désigne l’enfant véritable d’une prostituée authentique (quoiqu’hypothétique) :

Il s’en fallut de peu mon cher
Que cette putain ne fut ta mère

Je vous passe Auprès de mon arbre, chanson qui contient mes syllepses préférées.

Tous les thèmes

8 commentaires sur “Syllepses de sens

    1. Merci, cette belle syllepse m’avait échappé. Je ferai un billet spécial à la fin de la série, avec toutes les trouvailles de mes lecteurs.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s